Les bouquinistes, toute une histoire !

Les bouquinistes, toute une histoire !

Les 230 célèbres bouquinistes parisiens sont entrés en février dernier au patrimoine culturel immatériel français. 

Célèbrent par leurs boîtes vert wagon, où s’empilent des tas de livres anciens, des gravures, des manuscrits, des affiches, des cartes postales de collection ou tout article en rapport avec l’édition, les bouquinistes fêtent leur entrée au patrimoine culturel français. C’est pas trop tôt !

En effet, ils tirent leur origine du XVIè siècle sur les bords de Seine, sous Henri IV.

 

A l’époque, le pouvoir royal, permet leur installation, mais veille à ce que les bouquinistes diffusent.

Oui ! Les pouvoirs royaux sont persuadés qu’ils diffusent des pamphlets ou des textes allant à l’encontre du pouvoir…

Source : France3-regions

Commençons par le commencement !

Pour commencer, d’où vient le mot “bouquiniste” ?

Issu d’un mot allemand “buch” qui signifie livre, il est repris ensuite par les hollandais en “boekin” et enfin transformé par les français en “bouquin” !

Ce mot fait son apparition dans le dictionnaire en 1789. Hé oui ! A la révolution, on révolutionne, même les mots !!!

A leur début, en 1607, les bouquinistes sont installés sur le premier pont parisien, le Pont Neuf. Quelques années plus tard, une ordonnance les contraints de quitter les lieux pour ne pas faire d’ombre aux…librairies, qui se plaignent de la concurrence !

Depuis cette date, ils n’ont eu de cesse que de déballer puis de remballer leurs étals à coup d’ordonnances, ou du fait de la Fronde, de la Révolution Française ou encore des des travaux d’Haussmann et ce jusqu’en 1891. C’est à cette date que les fameuses boîtes vertes sont enfin officialisées, par un arrêté municipal !

Il est même prévu que d’ici quelques années, les bouquinistes entrent au patrimoine mondial de l’UNESCO, comme les quais de Seine qui le sont depuis peu !

Une librairie à ciel ouvert !

En 1891, les bouquinistes ont alors le droit de laisser leur marchandise sur place. Ils doivent cependant respecter quelques règles :

  • Le couvercle relevé ne doit pas dépasser 2,10 m au-dessus du sol, afin de ne pas boucher la vue.
  • Ils doivent être ouverts au moins quatre jours par semaine
  • La taille maximale est de 4 boîtes mesurant 8,60 mètres
  • L’espacement entre chaque boîte doit être de 20cm
  • Le titulaire doit occuper en personne son emplacement
  • Le titulaire ne peut être absent plus de 3 mois (sauf justification)
  • Le commerçant doit être inscrit au RCS (registre du commerce et des sociétés)
  • Les emplacements sont attribués sur dossier par la mairie de Paris
  • Ils ne payent ni taxe ni loyer

Source : Mairie de Paris

 

Vous voulez en savoir plus, venez jouer avec nous !

Les parcours où l’on croise des bouquinistes :

Quand Paris s’appelait Lutèce

La Parabole des trois anneaux

Le Paris de la Renaissance et plein d’autres jeux de piste à découvrir !