Entreprise&Carrières : Sur le terrain

Entreprise&Carrières : Sur le terrain

Nous sommes très honorées d’être dans ce numéro d’Entreprises&Carrières !

Quand les entreprises réhabilitent le team building

Que ce soi pour séduire des talents, ou souder les équipes, certaines entreprises font appel à de nouvelles formes d’événements afin de se démarquer.

Organiser un team building pour des grandes entreprises

EntrepriseEtCarrières-1463-Article-Teambuilding

QUAND LES ENTREPRISES RÉHABILITENT LE TEAM BUILDING
Que ce soit pour séduire des talents ou souder les équipes, certaines entreprises font appel à de nouvelles formes d’évènements afin de se démarquer.
Exemple avec un grand groupe, Thales, un laboratoire pharmaceutique, Santen, et une agence d’AXA.

Le saut à l’élastique ? C’est fini depuis longtemps ! Si les entreprises ont peu à peu abandonné cette activité emblématique du team building, trop galvaudée, elles reviennent au concept sous une autre forme. « Nous voulions nous démarquer de la concurrence », raconte ainsi Yolande Lesueur, programme manager chez Thales. Car les talents, ingénieurs en électronique ou spécialistes de la communication de pointe, dans la défense et la sécurité, domaines d’activité du groupe, sont rares.
Pour leur faire découvrir les différents projets de la société, afin qu’ils puissent se projeter et s’inscrire dans un contexte plus large, Thales a embarqué une quarantaine de candidats, pour une soirée, à travers Paris, l’an dernier. Le parcours, imaginé par Sandrine Hueber, fondatrice de Sand-rions ! une société spécialisée dans l’événementiel, mettait l’accent sur les monuments de la capitale et leur fonction – pour la Tour Eiffel, par exemple, dans la fameuse guerre des ondes au cours de la Seconde Guerre mondiale. Une façon de sensibiliser les candidats aux systèmes de radio protocole que Thales développe sur son site de Gennevilliers (92). Sur la quarantaine de postulants sélectionnés, les services de la DRH en ont reçu ensuite une quinzaine, pour en recruter une demi-douzaine. « C’est un investissement, convient Yolande Lesueur, mais nous pensons que l’impact, au point de vue communication et image de la société, a été au rendez-vous. » D’ailleurs, Thales a renouvelé l’opération, en ciblant une trentaine de femmes, cette fois-ci pour des postes moins spécialisés, dans le but d’améliorer la mixité dans des équipes encore très masculines.

S’INSCRIRE DANS UNE HISTOIRE
« Nous n’avions pas de but quantitatif précis ni de volonté d’accroître l’engagement et la productivité, déclare de son côté Émilie Mesanguy, agent général indépendant et exclusif pour AXA Assurance. Lorsque nous avons décidé de faire faire un parcours dans le quartier du Marais à nos équipes (six personnes), pendant leurs heures de travail, notre seul objectif était de leur donner du temps afin de créer de la cohésion. Nous ne pouvons réussir que collectivement. » Le parcours, imaginé là encore par Sandrine Hueber, a eu lieu un vendredi après-midi, l’été dernier, et a pris la forme d’énigmes, que les collaborateurs de l’agence
devaient résoudre ensemble. « Une balade ludique, qui envoyait un message positif aux équipes, conclut Émilie Mesanguy. Et les retours ont été très positifs. » Au point qu’elle compte réitérer l’opération dans les mois qui viennent. Amélie Poquet, office manager pour l’entreprise pharmaceutique Santen, est aussi une fan du team building. D’ailleurs, elle en organise un tous les ans, à l’issue de la réunion qui se tient juste avant les congés d’été. « C’est une façon de renforcer la cohésion, d’autant que nous avons des bureaux à Paris et à Ivry, et parmi nos 70 collaborateurs, certains sont délégués médicaux et sont sur le terrain en permanence », explique-t-elle. À l’été 2019, elle a donc opté pour un parcours historique et ludique, centré sur l’ophtalmologie, l’une des spécialités du labo, sous la forme d’un jeu de piste, visant à faire deviner puis découvrir des lieux, tels l’Institut de la Vision ou l’Hôpital des Quinze-Vingts, en rapport avec cette spécialité. « Il fallait faire un effort pour déchiffrer les indices, mais c’était toutefois abordable, pour ne pas rebuter les collaborateurs », dit-elle.
Des collaborateurs ravis à l’issue de cette demi-journée.

REMETTRE L’ENTREPRISE AU CENTRE
« Le team building reste utile pour deux raisons, précise de son côté la fondatrice de Sandrions ! : il permet, sous cette nouvelle forme, de remettre l’entreprise au centre et de raconter son histoire, qui s’inscrit souvent dans une histoire plus grande, de façon à donner du sens pour les collaborateurs. »
Férue d’histoire, cette entrepreneuse met au point pour ses clients des parcours, des jeux de piste, des activités créatives et artistiques, à Paris comme en région, qui servent de fil rouge à la mise en avant des valeurs et des métiers de l’entreprise. Sans oublier la confiance que l’employeur témoigne ainsi à ses équipes ou ses candidats. « Le message est plus subliminal, mais il dure », conclut Sandrine Hueber.

LYS ZOHIN