Brève d’histoires !

Brève d’histoires !

D’où vient le mot confinement ?

Alors que la moitié de la planète est confinée, je me suis mise à rechercher d’où venait le sens du mot confinement.
Et comme j’ai le temps de réfléchir, je l’ai pris pour retourner dans mes livres d’histoire et mon dictionnaire !

Et bien, vous allez être surpris !
Autrefois, il n’avait pas la même signification que nous lui connaissons aujourd’hui.
Le grand Larousse nous livre que ce mot proviens du latin “confinis” qui signifie “limitrophe“.
À cette époque, son sens se rapportait donc à une délimitation géographique. Par exemple,  comme pour un terrain.
Il gardera son sens initial jusqu’à la fin du Moyen-Âge.

L’évolution du langage

Ce n’est qu’au XVIè siècle que sa signification basculera dans la notion d'”isolement” et “d’enfermement”.
“Isolement” à la fois géographique, comme “s’enfermer dans un lieu où l’on ne sort presque jamais”. En conséquence, un sens plus strict, comme se contenter de ne faire qu’une seule activité : “se limiter à une occupation unique”.
“Enfermement”, cette signification entrera définitivement au XIXè siècle dans le droit pénal, comme une peine d’isolement, je ne vous fais pas de détail !

Les grands auteurs 

Albert CAMUS - La PesteSi vous faites partie de ceux qui ont contribué à multiplier par 4 les ventes de “La peste” d’Albert CAMUS, depuis cette pandémie de Corona Virus, sachez qu’il existe d’autres ouvrages où le mot, ou l’idée de confinement apparaissent.

Voici un florilège pour occuper vos longues journées de…confinement, et en plus je vous indique le temps moyen de lecture !

Gustave FLAUBERT – Madame BOVARY – Si Charles la voulait confinée avec lui, Emma BOVARY lui préférera Rodolphe son amant, et quelques autres. Promis, je ne vous spoile pas la fin  !
576 pages = environ 30 heures de lecture.

Georges FEYDAUX – La puce à l’oreille – et/ou Le Dindon Les deux sont très bons , mais pas aux confins de l’irréel. Autrement dit, des histoires de femmes, de maris et d’amants confinés !
202 pages = 2 heures de lecture (oui, c’est une pièce, ça va beaucoup plus vite, donc vous pouvez vous laissez aller aux deux lectures ! Pour les matheux, le temps est à multiplier par 2)

Émile ZOLA – Germinal – Etienne Lantier refusera d”accepter le confinement dans une mine, sous fond de révolte sociale et de lutte des classes, où il et se transformera en “gilet jaune” de son époque.
375 pages = environ 6 heures 30 de lecture.

Marcel AYMÉ – Le Passe-muraille -Monsieur DUTILLEUL, est un excellent homme pour qui il est impossible d’être confiné dans son job , puis en prison ( oui, il aura fait des choses pas jolies-jolies) et grâce à un don, que nous aimerions bien avoir, il traversera les murs. Jusqu’à quand pourra t-il faire cela ?
224 pages = 5 heures 10 (c’est précis !)

Franz KAFKA – La métamorphose – De l’humour noir, où un Grégoire SAMSA reste confiné dans sa chambre, transformé en insecte monstrueux. Pendant ce temps, sa famille ira même jusqu’à le nourrir, mais combien de temps cela durera ?
144 pages = 3 heures ( en étant large pour bien imaginer cet horrible insecte…)

Eugène IONESCO – La Cantatrice chauve – Un confinement déjanté de six personnes dans Eugène IONESCO - La Cantatrice Chauveune pièce. Oeuvre magistrale du théâtre de l’absurde. Humour 1er degré s’abstenir !
144 pages = 3 heures 10 ( c’est encore une pièce, allez, 3 heures 30 si vous vous arrêtez pour rire ou relire les phrases et tenter d’en comprendre le sens !….)
Merci au “prof de l’être” pour son inspiration 😉

La prochaine fois, je vous parlerai des confinés dans l’Histoire !

Voilà, vous n’avez plus aucune excuse pour vous ennuyer, pour ne pas lire, ou ne pas vous cultiver en vous amusant. Vous allez adorer ce confinement !!!

Bonne lecture !